Mon regard sur l’Iran

Dernier jour en Iran. J’ai l’impression que nous y sommes depuis si longtemps. Trois semaines, c’est sûrement le temps minimum pour s’imprégner un peu de l’air du temps, de la culture, des paysages, des rencontres. Nous ne nous pressons pas, nous allons à notre rythme. Nous essayons d’être à l’écoute des envies de chacun. Ainsi, j’ai renoncé à visiter une belle mosquée sentant que Coline en avait eu sa dose. Il est vrai que dans chaque ville visitée, le programme était souvent le même : visite des mosquées, du bazar, de quelques musées, de jardins. Nous faisons donc des compromis pour que chacun soit heureux à la fin de la journée.

Ce que je garde  de ce pays :

Un sentiment de bien-être. C’est étrange avec tout ce qu’on entend de ce pays. Jamais je ne me suis sentie en insécurité. Je me suis sentie accueillie, presque attendue ai-je envie de dire tellement les gens nous ont dit combien ils étaient heureux qu’on visite leur pays. Quand on dit qu’on est français, les sourires apparaissent tout de suite sur les visages. Oui, l’Iran est un magnifique pays, avec une longue histoire, une grande culture et beaucoup de savoir vivre. J’encourage vraiment tout un chacun à venir visiter ce pays.

Le bonheur de nous perdre dans les ruelles de Yazd :

Avec ses ruelles tortueuses, ses tours du vent les fameux badgir qui s’élèvent dans le ciel un peu partout, ses murs couleur ocre, Yazd fut une halte bien agréable. Les badgir sont des tours destinées à recueillir et faire circuler le moindre souffle d’air. Ne pas oublier que nous sommes aux portes du désert.

Les portes avec deux poignées différentes : la femme savait ainsi à l’intérieur si c’était ou homme ou une femme qui toquait. Si c’était un homme elle devait alors se voiler.

        

L’émotion d’avoir croisé la route de Sarah, jeune-femme qui vient d’ouvrir une guesthouse à Shiraz. The place to be. On a été reçu comme des rois. Sarah a fait des études de mathématiques, y a rencontré son mari et ils viennent d’ouvrir leur hôtel. Elle est heureuse de rencontrer du monde et tout en douceur a le don d’accueillir et de mettre à l’aise tout un chacun. Combien de thés avons-nous bu accompagnés de délicieux gâteaux ou de fruits. Je serai bien restée longtemps chez elle.

        De jeunes étudiantes à Ispahan.

Le bonheur d’une rencontre fugace alors que nous sommes dans un bus de nuit pour un trajet de 12 heures. Lors d’un arrêt au milieu de nulle part, une jeune femme m’entendant parler français dans les toilettes m’interpelle. Elle a étudié le français à l’université. Et nous voila en train de converser dans des toilettes sordides et parler de Sartre, de Camus. La discussion se termine avec Eric dehors. Elle est si heureuse de parler français, si heureuse que l’on aime son pays et nous dit tant aimer la littérature française. Son ami a fait des études de français aussi. Je regrette que nous n’ayons pas davantage de temps pour échanger. Elle nous aurait beaucoup appris sur son pays et sur la jeunesse.

La beauté du désert iranien et la joie de Coline de dévaler les pentes. Prendre le temps aussi de se poser face à ce paysage majestueux. Prendre un petit déjeuner au lever du soleil dans un caravansérail. Écouter notre guide nous raconter l’histoire des caravanes en route vers l’Asie centrale et l’Inde, la fameuse route de la soie.

 

La douceur de vivre d’Ispahan :

Un pont d’Ispahan…sans eau en dessous malheureusement.

La beauté des mosquées.

J’ai découvert ces lieux saints. L’architecture, les mosaïques, les couleurs, la grandeur. Tout est magnifique et aucune ne ressemble à une autre.

La rencontre avec le gardien d’une mosquée.

La visite de Persépolis fut impressionnante. Grâce au savoir d’un guide nous avons appris l’histoire si complexe de la Perse. Persépolis, où l’un des plus grands chefs-d’oeuvre du monde antique. Bien sûr, il ne reste pas grand chose de la grandeur de ces lieux mais nous avons pu imaginer le faste de ce qui se vivait ici.

                              

Il est temps pour nous de quitter ce beau pays et ses habitants. La première chose que nous ferons avec Coline dans l’avion sera de ranger notre foulard tout au fond de notre sac 😉

L’aventure continue. Nous décollerons demain pour l’Inde !

4 commentaires sur “Mon regard sur l’Iran

  1. Merci Babeth, Coline et Éric de m’avoir fait découvrir l’Iran. Un merveilleux voyage un fantastique voyage.
    Hate de découvrir l’Inde!
    Je vous embrasse
    Sylvie Costeau

  2. Bonjour, nous sommes Fatima et Jean-Charles, amis de Françoise Legard, de votre chorale, qui nous a donné l’adresse de votre blog.
    Nous sommes en préparation d’un tour du monde et quand Françoise m’a donné le lien vers votre blog il y a quelques mois, j’ai vite recherché les posts que vous avez placés qui parlaient de l’organisation de vos voyages. J’avais vu une page (que je retrouve plus) qui disait que vous ne vouliez pas dévoiler votre parcours pour «des raisons de sécurité», je n’ai pas compris pourquoi. Pouvez vous m’expliquer la raison qui pour l’instant m’échappe.
    Je voudrais savoir quelle assurance vous avez choisie en cas de problème de santé de l’un de vous ou de retour précipité vers la France?

    Quand Françoise m’a parlé de votre blog je ne pensais pas vous lire tous les posts mais j’avoue que vous écrivez bien et je prends plaisir à vous suivre. Depuis l’âge de 16 ans j’ai fait un, deux voire trois grands voyages par an et je vois que vous avez le même ressenti que moi sur chacun des pays que vous traversez; en vous lisant je fais des petits retours en arrière. Merci pour cela 🙂
    Passez de bonnes fêtes, on ne vous connaît pas mais on vous embrasse.
    Jean-charles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *