Allez, montez avec moi pour faire un tour….. à moto !

Même si la raison de cette virée est « classique », je vous emmène pour un tour de folie à moto dans les rues de Chiraz (très belle ville du sud de l’Iran et agglo de plus de 4 millions d’habitants).

En préambule, cela faisait 10 jours que je ne pouvais plus utiliser mon ordinateur, le chargeur ayant grillé. Pas de chance, c’est un ordinateur qui ne se vend presque pas en Iran, les pièces sont impossibles à trouver et j’avais déjà fait des recherches à Téhéran. Tous les vendeurs me regardaient avec pitié devant mon problème !

Et un ordinateur sans courant ni batterie, c’est comme un seul être qui vous manque, vous êtes perdu, si si !! Pas de blog (sauf par des voies détournées et fastidieuses), pas de possibilité de travailler pour Coline, plus de photos sauvegardées…. Argh !

En arrivant à Chiraz,  Elisabeth me suggère de demander au gars de l’auberge de jeunesse. Ils sont cool et tout semble possible pour eux. Je lui parle de mon problème et sans trop m’écouter il dit : « of course it’s possible » et me dit de redemander à son copain le lendemain à 10h. Même si je suis de nature prudente, je reviens le lendemain matin, bien motivé…… et il m’a oublié, puis se souvient du problème. Son pote vient et il dit « ok, it’s easy » puis déchante lorsque je lui montre l’engin. Pour eux, un ordinateur Windows n’existe pas, il s’agit uniquement du système d’exploitation . Ben oui, mais non, je leur montre à nouveau la bête pour être bien compris.

Et là, accrochez vous, nous partons sur sa petite moto -en photo- à travers les rues d’une ville à la circulation très dense et dangereuse.

Dès le début, cela prend une drôle de tournure…. genre film d’espionnage. Au moment de démarrer sa moto dans la rue, il se met à quatre pattes en faisant semblant de la réparer. Que se passe-t-il ? C’est lié à la quinzaine d’hommes qui passent près de nous, bien habillés, barbes bien taillées et attachées case à la main. En se relevant après leur passage, il me dit que ce sont des gars du gouvernement et ne veut pas être vu par eux ni avoir affaire à eux (j’ai vu dans ses yeux une peur certaine).

Il démarre difficilement sa moto et nous voilà lancés dans les ruelles de Chiraz. Mon gars est un peu fébrile et se méfie à chaque grande rue.

J’oubliais, nous n’avons pas de casques….. et nous voilà partis pour 2 heures de course poursuite à la recherche d’un chargeur pour ordinateur.

Et nous plongeons dans le trafic super dense, heureusement que je conduis des motos pour bien anticiper les changements de directions intempestifs. La circulation en Iran et surtout en ville, c’est le FarWest. Des voitures partout, dans tous les sens et à chaque rond point on se croirait place de l’Etoile à 18h !

On va dans tous les sens, il cherche le magasin qui pourrait avoir l’info, il regarde partout sauf la route, les voitures sont à 20 cm de nous….. et à trois reprises il répond à son tel tout en conduisant, cherchant le lieu.

Cela fait 25 minutes que nous sommes dans le trafic, je commence à m’habituer, même si je trouve cela très dangereux. Je me dis que si Elisabeth avait su, elle ne m’aurait jamais dit de poser la question pour le chargeur.

Nous arrivons près de la boutique recherchée, mais c’est un grand axe très chargé en sens interdit….. non, il ne va pas le faire et oser, et si ! nous remontons l’artère sur 500 mètres avec des voitures en face et il slalome entre elles par la droite.

Enfin arrivés, nous rencontrons un réparateur super sympa, qui me dit que ce que j’ai n’existe pas et bla bla bla…. il cherche sur internet, appelle deux personnes…. et me dit que c’est peut être possible.

Et nous voilà repartis pour un lieu inconnu, qui me semble bien loin et interminable à trouver. Nous sommes dans les embouteillages et qu’à cela ne tienne, il choisit de passer par les trottoirs, un peu à la James Bond dans les poursuites ! Les passants n’ont qu’à se pousser.

Bien sûr, pendant le trajet et comme nous sommes sans casques, il est plus facile de parler. Je fais l’énorme erreur de lui dire que j’avais une moto, on parle mécanique et il lui prend l’idée de me montrer ses talents à moto. Oh le con que je suis !

Ouf, nous arrivons dans une sorte de centre commercial très classe avec uniquement des boutiques d’ordinateurs et de « gaming ». On a changé de quartier et de standing !

On entre dans une petite boutique de pièces détachées et on me dit que cela va être très compliqué à trouver. Puis le gars passe un appel et nous dit qu’il revient dans 10 minutes (En Iran, cela veut dire beaucoup plus). Avant, il me demande si je peux mettre le prix. Mon pilote qui n’est vraiment pas fortuné me dit que c’est très cher…. je demande à connaître le prix et j’achèterais uniquement si cela fonctionne. Tout est basé sur la confiance et on se dit ok. Côté prix, la pièce en question valait environ 130 euros il y a 4 mois, si j’étais venu à cette époque. Avec la dévaluation de la monnaie ce mois de septembre, cela me coûte 18,5 €, c’est proprement indécent. Et pour un Iranien, ma pièce vaut le prix d’un ordinateur portable Lenovo (les ordis chinois qui inondent le monde entier).

Et nous voilà repartis à moto pour traverser la ville, il me sait content et je lui ai fait un petit cadeau. Il est plus cool et je finis par m’habituer à cette conduite risquée et je crois à ma bonne étoile. Je vous passe tous les dangers évités de justesse tout au long du retour. J’avais même étudié la façon de me projeter en cas d’accident, si si !

Je suis rentré très content et cette histoire est bien à l’image de l’Iran. Tout est possible et ils sont très efficaces, dans un pays privé de pas mal de choses en ce moment.

Dernier détail, je ne sais pas comment le commerçant s’est procuré cette pièce neuve en si peu de temps. Il a pris mon argent et ne m’a pas fait de facture. Je lui ai juste dit : « I’m verry happy, have a nice day, merci, khodafes ».

PS : il est juste incroyable et inimaginable en France, de  croiser autant de personnes qui se mettent en quatre pour trouver une solution, pour un inconnu.

2 commentaires sur “Allez, montez avec moi pour faire un tour….. à moto !

  1. Eric, j’ai l’impression que tu es prêt pour le prochain James Bond !
    Ton article m’a fait bien rire ! Et c’est un régal de vous lire !
    Bise à vous trois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *