Bianca, femme du désert

Drôle de prénom pour une hollandaise, grande et blonde et en contraste avec ce pays où de si nombreuses femmes sont en noir et en tchador.

Elle doit avoir 35 ans.

C’est elle qui tient le camp pour aller dans le désert. Elle nous accueille au village avec beaucoup de gentillesse et nous sert du thé.

Je sens qu’elle est en stress et elle le sera encore plus dans le désert le soir, sr le camp. Nous comprenons que ce soir nous sommes une vingtaine et que c’est beaucoup de travail pour elle.

Je m’interroge sur son choix de vie…. seule dans le désert, avec que des hommes jeunes -guides, chauffeurs…-. Elle sait faire avec eux, porte un pantalon et met le foulard pour sortir.

Sur le campement, elle est disponible pour ses hôtes.

Après plusieurs échanges avec elle, nous comprenons que c’est difficile pour elle, sans jamais le dire. Nous n’avons pas eu le temps de lui demander les vraies raisons de son choix (choix de vie, exil?) et elle est un peu coincée ici, elle ne peut pas franchement prendre de congés. Quant à sa famille et ses amis, ils ne veulent pas venir la voir parce qu’ils pensent que la région n’est pas sûre . Elle en éprouve de la tristesse.

Il lui reste un cadre de vie exceptionnel, des étoiles à foison à admirer tous les soirs et des voyages par procuration avec ses hôtes.

Nous la quittons en nous sentant un peu tristes pour elle, dans sa prison dorée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *