Découverte du Pérou

J’avais hâte d’arriver au Pérou. C’était une destination dont on avait souvent parlé pour venir en vacances avant l’idée de ce tour du monde.

Arrivés à Lima, nous y passons une journée. Pas de coup de foudre pour une fois. Franchement, j’ai même hâte de quitter la capitale après une brève visite.

Le lendemain, premier bus au Pérou. On en a pris des bus depuis le début de ce TDM, et des biens pourris, mais je ne sais pas pourquoi ce sont ceux du Pérou qui me font peur. J’ai sans doute en mémoire des récits d’accidents mortels. Pour notre premier trajet nous choisissons donc la compagnie la plus sûre du pays, la bien nommée Cruz del Sur. Alors là, impec. Sièges hyper confortables, écran pour visionner les derniers films, prise pour nos téléphones et je réussis même à capter la wifi. Que demande le peuple ? Oui, mais si c’est si sûr cette compagnie, pourquoi ils viennent avant le départ nous prendre en photo, un par un ? Voilà, je commençais juste à avoir la confiance et ils foutent tout en l’air avec leur appareil photo. Je comprends que la raison de ces clichés n’est pas de garder un souvenir impérissable de nos bonnes bouilles, mais un simple moyen de pouvoir nous identifier en cas d’accident mortel. Elle est pas belle la vie !

Eric vous a décrit les paysages que nous voyons et franchement je ne suis pas mécontente de regarder le dernier Mary Poppins. Ah Mary Poppins, mon idole à tout jamais, celle avec qui tout est toujours possible. Ouais, faudrait voir Mary !

Nous posons nos sacs à dos dans la toute petite ville de Paracas. Comprenez une rue, allez je suis sympa deux rues. Tout ça au bord de l’océan. L’intérêt de venir ici est d’aller aux iles Ballestas à une heure de bateau. C’est ce que nous ferons le lendemain matin. Au programme, lions de mer, pélicans, et même mes amis les pingouins. Quand je pense que je les cherche depuis la NZ et que c’est ici au Pérou que je les vois. Drôle de monde. Ils sont trop mignons, pour un peu on irait jouer avec eux. C’est féerique de voir tous ces oiseaux virevolter dans ce ciel bleu azur. Les lions de mer quant à eux, fidèles à leur réputation, n’en font pas une. Ils passent la journée à bronzer au soleil et à bailler. Après ces deux heures de bateau de bon matin, nous partons en bus à la découverte du parc national. Là, en dix minutes, on passe de l’univers marin au désert. Je suis bien surprise, je ne m’attendais pas du tout à ça. C’était chouette et assez beau comme paysages. Ils ont voulu nous impressionner avec leurs plages de sables rouges, sauf qu’ils ne savent pas que la plus belle plage de sable rouge se trouve à l’île de Groix. Du déjà vu pour nous donc.

Le seul moment qui nous a déplu c’est le coup du restaurant quasi obligatoire à la fin chez le copain. On a regardé le restaurateur péruvien dans les yeux et on lui a dit : eh toi, on nous l’a fait pas à nous ! En plus tu as vu les prix que tu nous proposes ? Y’aurait pas maldonne là ! Bref on a préféré aller prendre des photos des oiseaux pendant que les autres mangeaient le nez dans leurs assiettes.

Le lendemain nous reprenons la route pour cinquante petits kilomètres. Nous voilà à la ville d’Ica. Ce n’est pas elle qui nous intéresse mais le désert juste à côté et l’oasis d’Huacachina. Bon quand on arrive, on se dit : mais qu’est-ce qu’on fait là ? C’est une toute petite oasis où on sent que le touriste est vraiment, mais alors vraiment le bienvenu ou du moins son portefeuille. Quelques hôtels, des restaurants et des agences. Ils vous vendent quoi ici ? Des balades de deux heures dans les dunes de sable et du sandboard. Il fait une chaleur de gueux, on se trouve un restau à l’ombre et par chance, un super gentil péruvien avec qui on blague un peu. On réserve avec lui pour Eric et Coline les deux heures de buggy et il nous laisse nous affaler dans les canapés juqu’à 16h. Ouf, on n’aura donc pas à aller de bar en bar jusqu’à la fin de la journée. Le buggy c’est une sorte de kart pour neuf personnes qui peut rouler sur le sable. On sent que c’est bien rodé ici. C’est un vrai business. Beaucoup de gens font une halte pour une journée et une nuit. Nous, on a notre fierté on n’y passera pas la nuit. A 16h donc, Eric et Coline partent affronter les dunes tandis que moi, la vraie sportive du trio, je commence mon ascension des dunes afin de voir le sunset. Marcher dans le sable n’est pas une mince affaire, j’en ai vu s’affaler tout rouge sur le sable, suant tant qu’ils pouvaient et se disant mais pourquoi je n’ai pas choisi le buggy. Moi, c’était vite vu, j’ai horreur des sensations fortes et plutôt mourir que de monter dans cette voiturette. J’arrive en haut de la dune pratiquement seule et le paysage est à couper le souffle. Désert, je t’aime. Mais bon au bout d’une heure, plein de gens choisissent ma dune pour contempler le soleil. L’ambiance change un peu. L’enfer c’est les autres disait ce visionnaire Sartre.

Nous repartons le soir, tout plein de sable mais heureux en bus de nuit pour notre prochaine destination : Arequipa.

AREQUIPA

Quelle merveille cette ville. C’est la deuxième ville du Pérou et elle devient instantanément la première dans nos cœurs. Tout blanche, entourée de montagnes enneigées et du volcan Misti. C’est un bonheur de se balader dans les rues. La plaza de armas est très jolie et la Cathédrale magnifique.

Il y a un superbe quartier avec plein de petites ruelles. Pas de touristes en vue, on en profite à fond. Nous logeons dans une guesthouse très sympa, chez une famille adorable. Toutes les générations cohabitent. Le grand-père, assez âgé est très touchant. Nous échangeons des petites phrases et des sourires. La petite fille de huit ans aide sa maman à préparer les petits déjeuners où à ouvrir la porte. Cette personne est un rayon de soleil et pourtant elle bosse comme une dingue du matin au soir. Séquence admiration. Son mari travaille à l’extérieur. Il y a une vraie joie dans cette famille dixit Eric. On y restera plusieurs jours tellement on s’y sent bien.

UEt puis il y a une visite qui nous a cloué sur place. C’est celle du Couvent Santa Catalina. Une cité dans la cité. Le plus grand couvent d’Amérique Latine voire du monde. Fondé en 1570, à peine 40 ans après l’arrivée des premiers espagnols à Arequipa. Il a accueilli jusqu’à 400 religieuses. Il est construit en tuf de lave. On y était à l’ouverture donc on a pu en profiter vraiment sans trop de visiteurs. Les couleurs sont magnifiques : ocres, bleues, blanches. Des fleurs partout de toutes les couleurs. Des ruelles qui donnent le tournis. Un paradis pour jouer à cache-cache pour les enfants. Non vraiment ce lieu est dingue, il donnerait presque envie de rentrer dans les ordres. Des 400 religieuses à l’apogée, il n’en reste plus que 21 et 18 novices. Il s’agit de l’ordre des Carmélites. Chaque religieuse avait son espace, une chambre, une sorte de patio, un endroit pour cuisiner. Bon, je ne dis pas, elles ne devaient pas avoir chaud l’hiver, mais là sous le soleil du mois de mai c’est féerique. On entend en bruit de fond de belles musiques religieuses. Bref, tout cela porte à la contemplation et au lâcher-prise.

Arequipa, on t’aime.

Nous partons demain à 3h du matin, oui on est comme ça nous, pour deux jours de trek dans le Canyon del Colca.

Elisabeth

4 commentaires sur “Découverte du Pérou

  1. Le coup des photos… Naïvement j’ai pensé que c’était pour vous vendre ensuite les clichés, comme ça se passe dans les voyages organisés !!! mais quand j’ai lu que c’était en cas d’accident mortel…

  2. Le Pérou à l’air riche de rebondissement !
    Après votre post sur Lima, je me suis dit que forcément le reste devait être bien vu comment ce pays parait incontournable !

    Pas très très rassurant l’histoire du bus ! Finalement c’est sympathique les brésiliens qui te prennent en photo à la sortie du bus pour en faire un porte clé à la fin de la visite des chutes d’Iguazu … ahahhaha !!!

    Arequipa a l’air magnifique, et les couleurs du couvent sont juste superbes.

    Et oui l’enfer c’est les autres. Je trouve que c’est une des dimensions du voyage qui rend parfois dingue. Tantôt on a envie d’être seul au monde pour profiter, et en même temps il est évident qu’il est impossible de reprocher aux autres de vouloir visiter les mêmes endroits que nous…

    Hâte de lire la suite de vos aventures !

    Travel Safe 💕

  3. Bonjour à vous trois,
    Je vois que vous avez adoré Arequipa…j’y étais il y a un an aussi et j’avais été subjuguée par la douceur de vivre et la luminosité de cette ville + Santa Catalina qui est juste un lieu magnifique ! J’ai l’impression que vous aimez beaucoup l’Amérique du Sud, profitez-en bien ! 🙂
    Bises de Thaïlande
    Marion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *